Samedi 27 février à 20h30 Temple Renée de France

 

Les femmes compositeurs dans l'Italie du XVIIème siècle

Musiciens :

Hélène Decarpignies : soprano

Nadine Labedade : soprano

Christian Chandellier : continuo

Salim Nameh : Houd

Johann Pichard : Violone

Jean-Jacques Groult : percussions

 

 

L’émergence d’un grand nombre de compositrices à la pointe de la

recherche musicale se manifeste principalement dans le nord de l’Italie de la

fin du 16ème au milieu du 17ème siècle. Appartenant à la noblesse ou à la

riche bourgeoisie, les femmes compositeurs fréquentent la haute société ou

oeuvrent dans l’enceinte d’institutions conventuelles.

Depuis plusieurs années, Christian Chandellier s’attache à faire découvrir

l'oeuvre de ces femmes.

Isabella Leonarda, nonne au couvent des Ursulines de Novare, a publié

plus de 80 opus de pièces sacrées, liturgiques ou non. Sa musique très

inspirée est dédiée avant tout à la voix. Son écriture la privilégie sans

partage bien que ses oeuvres instrumentales soient également

remarquables. Ses motets montrent à quel point son écriture est

« moderne » et tend vers la musique bientôt tonale avec ce qui ressemble

parfois fort à des modulations, ce que Zarlino, référence d’usage, interdisait

formellement. L’écriture mélismatique exprime le goût affirmé d’Isabella

Leonarda pour les mélodies entrelacées de deux voix qui donnent un

caractère jubilatoire et sensuel à ses pièces.

En revanche, nous ne savons que peu de choses de Caterina Assandra.

Elle étudie à Pavie et, très jeune, compose des motets. Retirée par la suite

dans un couvent bénédictin loin du monde, elle poursuit la composition

d’oeuvres religieuses, vêpres et motets, dans le style traditionnel de la prima

prattica.

Barbara Strozzi, surnommée la magnifique cantatrice, La conduite

remarquable du chant montre bien que cette musicienne était connue pour

sa voix en plus de sa science de l’écriture. Ses pièces vocales à une ou

deux voix illustrent parfaitement le goût que l’on avait dans les cours pour le

théâtre en musique.

Ce concert propose de faire revivre nombre de ces pièces

composées par des femmes.

 

Extraits du programme :

 

Isabella LEONARDA : “Bonum et confiteri” à 2 voix et continuo

Isabella LEONARDA : “Amoris” à 2 voix et continuo

Barbara STROZZI : “La riamata” à 2 voix et continuo

Barbara STROZZI : “Eraclito amorose” à 1 voix et continuo

Barbara STROZZI : “Non occore” à 1 voix et continuo