Concert du 29 juillet 2007

Musiciens :

Nadine Labedade, soprano

Salim Nameh : oud

 Jean-Claude Grabon : clavecin

Christian Chandellier : flûte à bec, clavecin

 

Direction : Christian Chandellier

Première partie

 

Barbara Strozzi (1619-1664)

L’amante segreto, Opus 2, 1651

Cantate : voix, oud et continuo

 

Jacob Van Eyck (1590-1657)

Le rossignol : flûte seule

 

Isabella Leonarda (1620-1704)

Bonum est confiteri

Motet : voix, oud et continuo

 

Air traditionnel syrien : flûte, oud  

 

 

Deuxième partie

 

Jean-Sébastien Bach (1685-1750)

Sonate BWV 1014 en 4 mouvements

 

G.F. Handel

As when the dove… : extrait de l’opéra « Acis et Galatée »

 

G.F. Handel

Sonate en Fa Majeur en 4 mouvements

 

G.F. Handel (1685-1759)

V’adoro pupille… : extrait de l’opéra « Giulio Cesare »

 

 

L’Ensemble Baroque de Montargis (créé en 1988 et dirigé par Christian Chandellier) a pour vocation de diffuser la musique ancienne au moyen d’une interprétation adéquate tenant compte des recherches les plus récentes. L’Ensemble Baroque est une structure à formation variable selon les programmes envisagés. Cela peut aller de l’opéra (Didon et Enée en 1991) aux concertos de Vivaldi (Concerto pour Mandoline en 1999) en passant par les Cantates de Bach (en 2000), la musique italienne du XVIIème siècle (2001) ou Mozart (2003).

 

 

La pratique de la musique ancienne est sortie de sa phase de restauration au point qu’aujourd’hui, à l’image d’autres pratiques musicales, elle regroupe naturellement des musiciens issus de tous les horizons. Il n’est plus nécessaire de renoncer à des univers musicaux considérés jusque-là comme « étrangers » au répertoire baroque pour s’y exprimer. Les « spécialistes » veillent mais  leurs propos et leur savoir sont largement devenus un « bien commun ».

Le monde musical du XVIIème siècle était familier de cette « mixité » ; on pouvait croiser des musiciens de toutes les origines et le « mélange » potentiel émergeant de ces mouvements incessants n’étonnait personne. Faire de la musique ancienne aujourd’hui ne relève plus de l’ « archéologie » mais consiste à faire vivre, ici et maintenant, un répertoire riche et varié. Rien d’étonnant alors que l’Ensemble Baroque de Montargis, fort de sa longue expérience, accueille des musiciens venus du jazz, de la musique populaire, de la musique classique ou encore de la musique orientale… pour faire vivre le répertoire de l’Italie du XVIIème siècle. Autour de ce fil conducteur, nous entendrons également des pièces classiques syriennes, de l’improvisation ou des pièces des Pays-Bas.

 

Désormais, la musique ancienne se trouve « accaparée » par tous et c’est tant mieux.